Appuyez la grève des enseignants pour nos enfants et petits-enfants! Pas une question salariale...

Partagez sur les réseaux sociaux

Le 12 novembre 2015 Par Sylvie Chevalier, enseignante à la retraite
Bonjour tout le monde, ça fait plusieurs semaines que je me retiens d'écrire ce message. Mais aujourd'hui je prends le temps, car pour moi c'est une cause qui me tient à cœur et qui a été toute ma vie... Dernièrement une de mes amies qui n'est pas enseignante m'a posé plusieurs questions concernant le travail des enseignants et les coupures auxquelles ils doivent faire face...

Tout d'abord, je vous pose la question suivante seriez-vous prêts à perdre autant de journée de salaire juste avant la période des fêtes. Je dois vous mettre en contexte, quand un enseignant se fait couper une journée de travail, cela lui en coûte plus qu'une. Car notre système de rémunération et le suivant: nous sommes payés 1/260 et nous sommes coupés 1/200 donc on perd plus qu'une journée. Faites le calcul, ces journées de grève font vraiment mal au porte-feuille et malheureusement elles remplissent les poches de l'employeur, ça c'est une autre question.. Par solidarité avec mes amis(es), je m'implique.

D'abord pour tous ceux qui pensent que le choix d'être enseignant est motivé par le salaire et les congés, détrompez-vous. La formation universitaire est de 4 ans et lorsque l'on commence à travailler, c'est le bac le moins payant.Il y a des gens qui ont un DEP et à cause des primes de soir ou de temps supplémentaires font beaucoup plus qu'un enseignant... Alors pourquoi choisir d'être enseignant, je vous dirais qu'en premier il faut aimer les enfants pas un peu, énormément. Pour les accepter comme ils sont.
 
En 36 ans de carrière j'ai vu des transformations majeures au niveau de la clientèle dans les classes. Le ministère de l'éducation a fermé peu à peu les écoles et classes spéciales. Nous promettant d'intégrer les élèves en nous donnant des mesures d'aide pédagogique. Ces mesures d'aide ont disparu graduellement et les élèves ayant des problématiques particulières n'ont cessé de croître ... Aujourd'hui on veut faire disparaître les diagnostics de ces enfants en difficulté. Ce qui fera en sorte qu'ils perdront l'aide nécessaire à leur intégration. Ils deviendront encore plus marginalisés. Leur parcours scolaire en sera très perturbé allant même jusqu'à l'échec.

Il faut absolument être derrière les enseignants. Je veux me battre pour mes petits-enfants qui commencent l'école en ce moment où les 4 autres déjà dans le système. Je ne veux pas qu'ils soient dans un milieu où on ne peut pas rendre justice à tous. Si vous saviez le contexte d'une enseignante après une journée de travail où elle sort de l'école en pensant à ses élèves dont elle n'a plus les ressources pour les faire avancer et le sentiment de culpabilité d'avoir pris trop de temps avec eux, en négligeant tous les autres qui auraient eu besoin qu'on leur accorde du temps pour les mener à bon port... Peut-on continuer à fermer les yeux, NON cette cause est trop importante.

C'est mon opinion!